Rose : L’Aubépine

Rose L'AubépineSur le thème éternel de la princesse endormie, la Belle au Bois dormant, l’auteur brode des variations langagières, selon un principe qu’il a déjà utilisé où tout manquement au rituel (ou à la rhapsodie) appelle une punition répétée, où le désir est un champ d’aubépines, où les caresses de l’élue impliquent toiles d’araignées et ossements.

Rose : L’Aubépine / Robert Coover. – Seuil, 1998. – (Fiction & Cie).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s