Le Chat Botté à New York

Le Chat Botté à New YorkUsé par le travail et la vieillesse, un épicier new-yorkais vint à mourir. En héritage, l’aîné reçut l’épicerie, le deuxième récupéra la camionnette et le plus jeune dut se contenter du chat. Le pauvre garçon était complètement démoralisé. Que faire d’un chat, quand on est dans la dèche à New York, sinon le manger?… À moins d’être tombé sur un chat botté, futé et déluré…

Le Chat botté à New York / André Maurois ; illustré par Josée Masse. – Les 400 coups, 2000.


Plus édité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s