Lewis et Alice

Lewis et AliceDidier Decoin a imaginé que l’auteur d’Alice, pour lui conter sa vie, ses bonheurs et ses tourments, avait, jusqu’à sa mort, adressé une correspondance sans échos à Charles Dickens, qu’il avait peut-être croisé, et dont l’image d’écrivain glorieux était l’inverse exact de la sienne.

Lewis et Alice / Didier Decoin. – Robert Laffont, 1992. – (L’Échappée romanesque).

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s